S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
16.04.2024 à 19 H 37 • Mis à jour le 16.04.2024 à 19 H 37 • Temps de lecture : 1 minutes
Par
Etude

Secteur bancaire : Bank Al Maghrib et la Banque mondiale publient un rapport sur l’évaluation des risques climatiques

Ce rapport s’inscrit dans le cadre des efforts fournis par BAM pour prendre en compte les impacts du changement climatique au niveau du secteur bancaire

Bank Al-Maghrib (BAM) et la Banque Mondiale (BM) ont publié le rapport d’une étude menée conjointement sur les risques climatiques au niveau du secteur bancaire marocain.


« Cet exercice exploratoire est le premier du genre dans la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord », indique un communiqué de BAM, ajoutant que l’évaluation menée dans ce rapport porte sur les risques climatiques de nature physique et sur les risques issus de la transition vers une économie bas carbone.


Cette toute première évaluation mesure le niveau d’exposition des portefeuilles des banques aux risques de sécheresse, d’inondation et de mise en place d’une taxation carbone, ajoute la même source.


Et de faire savoir que l'étude comprend également une analyse de la vulnérabilité des acteurs bancaires face à des chocs climatiques hypothétiques.


Par ailleurs, le rapport met en évidence les défis liés, d’une part, au manque de données suffisamment granulaires et, d’autre part, à la complexité d’appréhender les interactions entre les facteurs climatiques, économiques et financiers.


Ce rapport s’inscrit dans le cadre des efforts fournis par BAM pour prendre en compte les impacts du changement climatique au niveau du secteur bancaire et accompagner les acteurs de ce secteur dans la mise en place de dispositifs de mesure et de gestion des risques y afférents.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct