S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
08.07.2023 à 08 H 07 • Mis à jour le 08.07.2023 à 08 H 07
Par
Narcotrafic

Fentanyl et captagon : le Maroc rejoint la coalition mondiale contre les drogues synthétiques menée par les Etats-Unis

Nasser Bourita participe à une réunion ministérielle virtuelle sur la réponse globale contre les drogues synthétiques. Crédit: MAP

Les États-Unis lancent une coalition mondiale pour lutter contre la menace croissante des drogues synthétiques telles que le fentanyl et le captagon et à laquelle le Maroc s’est rallié.


« Les drogues synthétiques représentent un risque sérieux et croissant pour la santé et la sécurité des Américains et des populations du monde entier », a déclaré le secrétaire d'État américain Antony Blinken, qui a dirigé vendredi la première réunion ministérielle de la Coalition mondiale contre les menaces liées aux drogues synthétiques.


Le Maroc s’engage à jouer un rôle actif dans la lutte contre les menaces liées aux drogues synthétiques, a souligné, de son côté à Rabat, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita.


Intervenant lors de la Réunion ministérielle virtuelle sur l’accélération et le renforcement de la réponse globale contre les drogues synthétiques, Bourita a mis en avant l’engagement du Maroc à jouer un rôle actif dans cette lutte, conformément à ses engagements mondiaux.


Il s’est félicité de la mise en place de ce nouveau mécanisme mondial, relevant que cette coalition intervient à un moment crucial, compte tenu des conséquences dévastatrices de la consommation de drogues sur la santé, la sécurité et la cohésion sociale.


Le succès de cette coalition mondiale nécessite l'engagement collectif de toutes les parties prenantes dans cette lutte, a ajouté le ministre, soulignant que la coopération internationale et le multilatéralisme devraient en être les principes directeurs.


Trois recommandations du Maroc

A cette occasion, Bourita a formulé trois recommandations clés pour améliorer l’action future de cette coalition, notamment la mise en place d’un système d'alerte efficace pour identifier les nouvelles substances synthétiques émergentes. Ce système devrait faciliter l'échange rapide d'informations et de renseignements entre les pays membres, afin de permettre une détection et une réaction rapides.


La deuxième recommandation concerne la prévention, le traitement et la sensibilisation en donnant la priorité à l'intervention précoce en matière de soins de santé et aux options de traitement, en renforçant les partenariats scientifiques et de recherche pour garder une longueur d'avance sur les tendances évolutives des drogues de synthèse et en mettant en œuvre des programmes de sensibilisation, d'éducation et de résilience communautaire, en ligne et hors ligne.


Le ministre a, en outre, appelé à promouvoir la collaboration internationale qui devra passer par une coopération accrue entre les pays dans le cadre d'opérations conjointes et par le renforcement des capacités et des partenariats entre les communautés scientifiques, les professionnels de santé et les organismes chargés de l'application de la loi pour des réponses efficaces, avec un focus sur le continent africain.


« Les pertes croissantes de vies humaines dues aux drogues de synthèse nous rappellent fortement l'urgence d'une action concertée », a poursuivi le ministre, indiquant que la demande et l'offre de drogues synthétiques augmentent, ce qui entraine l'émergence de nouveaux marchés au-delà de ceux traditionnels.


Se basant sur les données de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), le ministre a rappelé qu'en 2021, près de 300 millions de personnes ont consommé des drogues, y compris des drogues synthétiques, ce qui représente une augmentation de 23 % en dix ans.


Le nombre d'individus souffrant de troubles liés à la consommation de drogues a presque atteint 40 millions, ce qui représente une augmentation de 45 % au cours de la dernière décennie, a également déploré Bourita.


Evoquant « une collaboration avérée entre les trafiquants de drogue et divers acteurs non étatiques, y compris des groupes terroristes et séparatistes », il a affirmé que ces groupes utilisent les profits générés par leurs activités illicites pour exacerber l'instabilité régionale, ce qui souligne encore davantage le besoin urgent de stratégies globales.


Au Maroc, la consommation de drogues et la toxicomanie sont reconnues comme un problème de santé publique important, et la lutte contre le trafic de drogues est une priorité nationale, a souligné Bourita, relevant que le Royaume souffre de la contrebande de drogues de synthèse dans sa région.


Rien qu'au cours des trois dernières années, les autorités marocaines ont saisi plus de 5 millions de comprimés psychotropes, principalement introduits clandestinement sur le territoire marocain à partir de pays voisins, a-t-il rappelé.


Pour lutter efficacement contre les effets néfastes de ce problème, le Maroc a mis en œuvre une stratégie globale et intégrée de lutte contre le trafic de drogues et de substances psychotropes, qui s'aligne périodiquement avec les résolutions adoptées par les instances des Nations Unies et se concentre sur la réduction de l'offre, la prévention de l'abus et de la consommation de drogues, la lutte contre le trafic illicite, et le renforcement de la coopération internationale, a-t-il conclu.


Des dizaines de pays ont été invités à rejoindre la coalition, dont la Chine, qui subit depuis longtemps des pressions pour limiter les exportations de précurseurs chimiques pouvant être utilisés pour fabriquer du fentanyl.


Mais Pékin n'a pas encore accepté de participer, a déclaré Todd Robinson, secrétaire d'État adjoint aux stupéfiants internationaux et à l'application de la loi.


 50 fois plus fort que l’héroïne

Le fentanyl est un puissant opioïde synthétique, estimé être 50 fois plus fort que l'héroïne et 100 fois plus fort que la morphine.


Il est prescrit par les médecins pour traiter les douleurs intenses mais est devenu un « contributeur majeur » aux surdoses aux États-Unis, selon les Centers for Disease Control and Prevention.


Les opioïdes synthétiques sont devenus la principale cause de décès chez les adultes américains de moins de 50 ans.


Alors que l'essentiel de la réunion ministérielle de vendredi s’est concentrée sur le fentanyl, la réduction de la production et du trafic de captagon a également être à l'ordre du jour.


Le lancement de la coalition intervient peu de temps après que le Département d'État a présenté sa stratégie globale au Congrès sur la manière de lutter contre le commerce du captagon au Moyen-Orient, qui a été lié au régime du président syrien Bashar Al Assad.


Avec peu de capacité à arrêter la production en Syrie, le rapport du Département d'État suggère plutôt de se concentrer sur « la perturbation des réseaux criminels impliqués dans le trafic de captagon ».


Dans le cadre de sa stratégie, les États-Unis assureront la coordination et la formation des pays de la région.


Le captagon a été créé en Allemagne au début des années 1960 et utilisé à l'origine pour aider à traiter les enfants atteints de trouble déficitaire de l'attention/hyperactivité ainsi que les personnes atteintes de narcolepsie, mais il a été interdit dans la plupart des pays en 1986.


La substance semblable à l'amphétamine a été utilisée par les militants de l'Etat islamique en première ligne pour rester éveillés pendant de longues périodes sur le champ de bataille.


Une drogue hautement addictive, elle est devenue endémique dans certaines parties du Moyen-Orient alors que les autorités de la région se précipitent pour réprimer ce qui est devenu un commerce illégal de plusieurs milliards de dollars.


Créée à l’initiative américaine, la Coalition mondiale contre les menaces liées aux drogues synthétiques vise à rassembler les acteurs internationaux clés, les gouvernements, les organisations intergouvernementales, les agences spécialisées, la société civile et le secteur privé pour une action concertée ayant pour but de faire face aux défis posés par les drogues synthétiques à l'échelle mondiale.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite